La Bande de Z’OuFs


Damjan Diklic

residence-3-au-7-05-2013-toulouse-c-aurelie-tenzer-12

© Aurélie Tenzer

Jeu clownesque, magie, danse et chant Fin gourmet, Damjan raconte ses recettes comme on parle de voyages. Et des voyages, il en a fait beaucoup ! Il a vécu à Dakar, à Paris, à Belgrade et à Bruxelles– papa est ambassadeur. Il a toujours eu le goût du spectacle. A 3 ans, au Sénégal, il suit déjà un atelier d’expression corporelle. Lors de cette période de vie en Afrique avec le peuple Pèle, il adore danser devant la maison lorsque des voisins viennent jouer du tamtam. Avec une maman musicienne et un papa toqué de théâtre, Damjan a de qui tenir… Dans son tour du monde, il participe à des ateliers de théâtre, d’arts plastiques. En 2008, la famille arrive à Bruxelles ; Damjan rejoint le Créahm, tourne dans le film « Les Poissons Marteaux », puis découvre le cirque avec le projet « Complicités ». Sa voix haut perchée et sa présence parfaitement magnétique en ont fait un magicien hors pair, capable de faire apparaître, d’un coup de formule magique en serbe, un tango endiablé, un gâteau au chocolat et un énorme sourire sur nos figures.

 

Michel Malchair

complicite_sur_le_toit_2013-03-19_cstein

© Anita Stein

Conteur, présentateur, Papy Two Le jeu d’acteur comme une révélation : avant « Complicités », Michel n’avait jamais participé à un spectacle. Cet homme de charmante compagnie, blagueur et enthousiaste, est né en Allemagne (où papa est officier), puis a grandi en Belgique où il se passionne pour le sport. Dans sa jeunesse, il participe aux Jeux Paralympiques de natation et remporte de nombreuses médailles. Il joue aussi au basket. Le temps passe et, un peu las de la routine quotidienne, Michel vivra le projet de cirque comme un tremplin. « On s’amuse bien ! », martèle celui qui amuse aussi les autres. Il adore raconter des contes et des histoires. Il se plait beaucoup dans les disciplines de jeu théâtral et clownesque. C’est le plus âgé du groupe, un garçon de piste pas comme les autres, qui amène une toute autre énergie, installé sur sa chaise dans le « coin papys ». Quelques décibels au-dessus de la moyenne, il commente à tour de bras et colore le spectacle de ses éclats de rire tonitruants. Il a un bonheur d’enfant qu’il partage les bras grands ouverts, le cœur ébahi.

 

Virginie Vandezande

vol-au-vent-tep-07-06-2013-7

© Aurélie Tenzer

Cerceau aérien, boule d’équilibre, hula hop, « Mine de Rien » Virginie a pratiqué le cirque dans son enfance puis s’est orientée vers la danse, qu’elle pratique au Créahm et à la Fred Académie. Très orientée vers l’expression (elle chante, fait des claquettes, du théâtre), c’est une petite madame très décidée qui, sur scène, se sent chez elle. En témoignera le spectacle « C’est vrai », qu’elle danse en solo sous la conduite de Jeroen Baeyens en 2007. A l’abord de « Complicités », elle avait une bonne connaissance technique dans plusieurs disciplines de cirque (jonglerie, acrobatie, équilibre et aérien). Elle les déclinera de façon poétique et apprendra à dompter son vertige. Pour elle, le numéro de cerceau aérien avec Miraël, c’est une histoire d’étoiles : « On est tous les deux des astronautes sur la planète cerceau ». En vrai, elle est l’amoureuse de Philippe (qui fait partie du groupe – elle est sa « biche »). Tous deux rêvent de se marier sur un bateau, à la mer du Nord.

 

Thomas Desbaix

Vol au Vent - TEP - 04 06 2013 (64)

© Aurélien Tenzer

« L’Homme le plus… », acrobatie, tours de force, boxe, chambre à air Thomas apprend très vite, il est à l’aise avec son corps : c’est le costaud du groupe. Il a déjà participé cinq fois aux Jeux Paralympiques de natation. Il est aussi un adepte du ping-pong et pratique l’acrobatie, le hip-hop et le break dance. Il s’est également initié à la jonglerie à travers les assiettes chinoises, les balles, les massues. Sportif, acrobatique, il maîtrise les culbutes sur chambre à air et ne redoute plus aucune discipline, pas même l’aérien qui lui faisait pourtant peur au départ. Ce grand fan de Johnny, capable de beugler « Allumer le feu » à volonté, est aussi un grand sensible. Au gré de ses humeurs, la marée monte et s’en retourne. « L’homme le plus fort » est aussi l’homme le plus tendre, et les larmes viennent souvent. Il faut laisser passer la tempête. Et le voici qui repart, démarche bien assurée et caractère entier. Thomas sait ce qu’il veut et surtout ce qu’il ne veut pas. Ses coups de poing de boxeur font plus de bien que de mal, et la vraie victoire se déguste avec toute l’équipe, au salut final.

Axel Stainier

complicite_seancehebdo_2013-03-29_cstein_10

© Anita Stein

Clown, comédien, poète à la harpe et Papy One De mémoire d’homme, Axel a toujours été un « mignon », selon l’expression de Nanette, sa dynamique maman. Un charmant petit bonhomme, toujours heureux. Et son bonheur est contagieux. Dès son arrivée aux ateliers théâtre du Créahm, en 1990, son aisance dans l’expression scénique a donné les résultats les plus irrésistibles, tant en spectacles (« L’espace d’en haut », « La grande semaine », « Ça va Lucien ») qu’en films (« Le Huitième Jour », « Un Noël pas comme les autres »). Si c’est l’un des clowns du groupe, c’est aussi un grand rêveur, très sensible. Souvent, il se tait, mais son silence est celui de l’écoute : il ponctue le récit des autres par un « Ah oui » ou un exclamatif « Choue… TTE ! ». Il fait beaucoup de mimiques et de grandes gestuelles sur scène et hors scène. Axel est très indépendant, il vit seul dans un appartement adapté. Il adore Franck Sinatra – surtout la chanson« New York New York » – et Nina Simone. Il est aussi fan de Pierre Richard.

 

Kirill Patou

complicite_seancehebdo_2013-03-19_cstein_04

© Anita Stein

« Le Beau gosse de Jette », basket acrobatique, roue Cyr, danse hip hop et rap Ce n’est pas parce qu’on a des lunettes qu’on est un fana d’informatique. Kirill est plutôt du genre à danser dans le salon. « Tu peux écrire que j’aime la musique. J’aime bien les hits 2010, Lady Gaga, Usher, Iglesias, Magic System, Pink, Laetitia Kiss, Black Eyed Peas, Shakira. C’est de la musique dansante ». Kirill aime tout ce qui « claque » et brille, le rap, le hip hop et les belles filles de Jette ! Ce grand fana d’histoire a la passion des rois français et n’est pas à un paradoxe près : volontiers crâneur, c’est aussi un grand tendre qui, derrière la feinte, touche au cœur. Arrivé au Créahm en 2007, il suit les ateliers théâtre et participe au film « Les Poissons Marteaux », avant de rejoindre le projet « Complicités », qui rime pour lui avec amitié (c’est le grand pote de Lionel) et vitalité (son dynamisme lui a permis de grimper aux murs, quasiment au sens propre, et de pondre le rap culinaire de l’année).

 

complicite_essayage_costume_espacecatastrophe_09

© Arnaud Van Hammée

Lionel Leblanc

« Le Roi du rola bola », balles rebonds, musique et chant, Dandy One Boule d’énergie toujours en spectacle, il oscille entre Louis De Funès et Tex Avery. « Petit, je chantais par choeur tous les dessins animés, ‘Pocahontas’, ‘La Belle au bois dormant’,… Mieux vaut rire que pleurer ! ». Armé de cette belle philosophie, Lionel fait de l’ombre aux feux de la rampe. Ado, il fait du théâtre et de la diction en académie. Mais c’est aux ateliers musique de Willy Gouders, au Créahm, qu’il prendra vraiment son pied. Il est le bassiste du groupe MCB7 et participe au film « Les Poissons Marteaux ». Lionel a commencé le cirque avec une attirance pour la jonglerie (balles, diabolo) et la manipulation d’objets. Il a enchaîné avec le rola bola, qu’il maîtrise bien, et la musique avec Max Vandervorst. Gai luron, centre de l’attention, il arrive qu’il se perde dans ses torrents de mots, s’emmêle les pinceaux et s’inquiète pour de bon. Le regard soucieux, les mains enfoncées dans les poches de son veston, il cherche une question, une réponse, un pardon. Soucieux de l’autre, Lionel n’est pas un bulldozer de l’humour, mais plutôt un rouleau-décompresseur plein d’amour.

 

 

Sarah Cusse

complicite_essayage_costume_espacecatastrophe_07

© Arnaud Van Hammée

Fifi et ses Bouts d’ficelles, équilibre et rollers Depuis qu’elle est toute petite, Sarah, très active, multiplie les stages. Elle fait de la natation, du badminton, de la gym, de la danse, mais ce qu’elle adore le plus, c’est monter à dos de poney. Signe du destin,l’un d’entre eux répond au doux nom de « Circus ». Toujours partante pour de nouvelles aventures, elle suit les ateliers danse du Créahm depuis 2005, puis s’élance sur la piste de « Complicités » avec un appétit dévorant : elle veut toucher à tout… mais n’a pas toujours confiance en elle ; son rire, qui fuse si volontiers, sert parfois de paravent à ses incertitudes. La découverte de l’équilibrisme, du trapèze et du clown ont déterminé son parcours, mélange de défi et de drôlerie gentiment caustique. En bretelles et rollers, elle roule, déboule, se défoule. « Ce qui me fait peur, c’est quand je dois faire quelque chose devant les gens », confie-t-elle. Un défi qu’elle relève haut la main, quand elle funambule sur ses craintes pour mieux les traverser.

 

Edouardo della Faille

complicite_seancehebdo_2013-03-29_cstein_07

© Anita Stein

L’Homme-Papillon, tissus, chorégraphie aérienne, danse et langue des signes Edouardo a toujours aimé l’imaginaire : tout petit, il écoutait des cassettes de contes et récitait par coeur ses passages préférés. Enfant, il participe à deux comédies musicales puis, à 20 ans, il rejoint le Créahm, où il fréquente les ateliers de danse et de musique. Il adore se déguiser et se verrait bien metteur en scène. Sa chambre est le lieu d’exercices quotidiens de yoga et d’expression corporelle. Sa souplesse physique vaut bien sa fluidité poétique : il invente des rimes à la demande, décrivant un monde qui nous échappe mais dont il a perçu toutes les subtilités. Rêveur et mystérieux, Edouardo s’est frotté à toutes les techniques au fil du projet « Complicités », avec un goût prononcé pour la manipulation de foulards, les chorégraphies aériennes et la danse. Sa passion pour les comédies musicales ne s’est jamais démentie et il vous dévoilera volontiers son répertoire, en langue des signes ou en chantant. Sa phrase préférée ? « Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve » (« Emilie Jolie »). Son top ? « Grease » – en scène, il porte d’ailleurs des vêtements à la John Travolta. Il rêve de vivre dans « Les Mille et Une Nuits » et de s’évader sur un tapis volant.

 

Claudia Van Brusselen

complicite_essayage_costume_espacecatastrophe_08

© Anita Stein

L’Acrobate et ses BBB (Beaux Bébés Ballons) Un sacré caractère… et une sacrée nature : très sportive, Claudia a trusté les médailles aux jeux olympiques pour personnes handicapées, auxquels elle a participé jusqu’en 2008 en athlétisme et en sports d’équipe,comme le hockey sur gazon. « Complicités » est son premier spectacle. Logiquement, elle s’est tournée vers les disciplines acrobatiques, puis elle a été guidée vers des déclinaisons voisines, comme le hip-hop, la balle molle, le hula-hop ou la rola-bola. Déterminée et sans complexes, Claudia sait se faire désirer. C’est une princesse de l’audace, groupie et rappeuse à ses heures, qui assaisonne le spectacle de ses coups de foudre, de ses coups de gueule et de ses coups de klaxon, avant de foncer tête baissée dans les airs pour le grand plongeon, à corps et à cris. Sentiments acrobatiques, tendresse brute et douce rudesse, elle n’en fait qu’à sa tête. Elle n’a besoin de personne, c’est une vraie femme à hommes !

 

 

Les commentaires sont clos.